Début octobre, se déroulait le Forum RH à Nantes… 7ème édition, 350 participants et 1 thème : le SENS !

Zoom sur le sens

Un thème qui m’est cher et qui « fait sens » justement avec l’aventure entrepreunariale dans laquelle je me suis lancée il y a 1 an maintenant. Notre mission chez Enjoy your Business, c’est justement d’aider chaque collaborateur à trouver du sens dans son quotidien… Et si j’en crois les témoignages entendus ce jour-là, Emmanuel et Marie-Alice, nous avons encore un peu de travail !

Chercher le sens, c’est tout d’abord une posture, que j’ai souvent incarnée dans les entreprises dans lesquelles je suis passée en posant régulièrement la question « ah bon, et pourquoi ? » et sa variante, toute aussi efficace « Et pourquoi pas ? »

Lors de ce forum justement, Pierre-Yves Gomez nous invitait, très simplement, à nous poser 2 questions :

« A quoi ça sert ? »
« A quoi je sers ? »

2 questions qu’il me semble intéressant de garder en tête, de poser le plus souvent possible et pourquoi pas d’afficher dans nos bureaux et salles de réunions :-)

L’engagement collaborateur

Pierre-Yves nous a interrogé aussi sur la notion d’engagement : les études montrent une baisse de l’engagement des collaborateurs et pourtant un mode d’engagement de plus en plus fort « hors entreprise » (associations…).

Il nous a révélé ce que sont selon lui les nouveaux besoins dans le travail :

  • Stabilité : car les collaborateurs en ont marre de changer d’organisation tous les ans, de plan stratégique tous les 2 ans… serait-ce le revers de la médaille de l’agilité à tout prix ?
  • Sens : ça tombe bien, c’était la thématique de la journée !
  • Solidarité : offrir ses jours de congés à un collègue qui doit prendre des jours pour accompagner un proche malade.

REX sur une « quête de sens »

Mathieu Favard, slasheur en quête de sens, nous a ensuite parlé de sa propre quête de sens, avec une question qu’il s’est posée un dimanche matin il y a quelques années :

« De quoi serai-je fier à 60 ans ? »

1 Tour du Monde plus tard, il revient changé (bien sûr) et avec l’envie de changer (le Monde). Mais il est attaché à Danone, l’entreprise dans laquelle il bosse depuis quelques années. Alors après avoir suivi le MOOC Ticket for Change/HEC « Devenir entrepreneur du changement », il fait le choix d’une transition douce : rester chez Danone et passer à l’action sans radicalité. Il créé alors Danone for change pour libérer le potentiel intrapreneur des Danoners. Aujourd’hui, il partage son temps entre 2 CDI : 3 jours par semaine chez Danone et 2 jours par semaine chez Ticket for Change. Il a écrit sa mission à lui, son mantra, qui l’aide dans ses décisions au quotidien : « révéler et accompagner les talents qui veulent avoir un impact positif sur le Monde ». Parmi les outils qui l’ont aidé, il a cité le fameux Ikigai et cet article de Harvard Business Review : From purpose to impact.

Il nous a interpellé sur les portiques d’entreprises (oui oui, vous avez bien lu 😉) : pourquoi, au moment où l’on franchit le seuil de sa boite, est-on si différents de ce qu’on est « dans la vraie vie » ? Les portiques effaceraient-ils nos singularités ?

Mathieu nous a aussi rappelé l’importance du rêve, d’avoir des rêves « Dare to live your dreams » et l’a illustré en affirmant :

« Martin Luther King n’a pas dit I have a retroplanning mais bien I have a dream » !

Valhrona : « faire du bien avec du bon »

J’ai retenu aussi de ce Forum RH la raison d’être de Valhrona : « faire du bien avec du bon » et les conseils d’Hélène Radisson & Véronique Zehnacker, respectivement RRH et porteuse du projet « Graines de pâtissiers » chez Valrhona et d’intrapreneuses (Sophie Menez et Pauline Debodinance, Norauto) :

« On est parties avec une logique de petits pas » »

« C’est une opportunité, je ne sais pas faire mais je vais apprendre avec elle »

« Un projet d’intraprenariat ne se drive pas comme un autre projet. Il ne faut par exemple pas commencer par penser à l’aspect légal des choses »

 » Accepter de ne pas savoir »

« J’ai réussi à monter ce projet d’intraprenariat parce que j’avais le bon réseau en interne, je n’aurais pas pu faire ça avec seulement 1 an d’ancienneté »

« Pour qu’un projet d’intraprenariat fonctionne, il faut que ce projet ne bouleverse pas le quotidien des collaborateurs »

La touche finale

Et que dire de l’intervention d’Emery Jacquillat qui a conquis le public nantais par son authenticité, sa simplicité et son humilité alors qu’il transforme depuis plusieurs années la CAMIF, ce dinosaure ! En 45 minutes, il a réussi le tour de force de nous convaincre de venir habiter à Niort, de postuler à la CAMIF et d’acheter sur son site (hors Black Friday bien sûr 😉 )

« Le sens, c’est juste changer la distance à laquelle on regarde »

Allez, un regret peut-être sur ce Forum RH ? Qu’on ne mette pas plus en lumière les grosses plantades, les initiatives qui n’ont pas marché… et bien sûr, ne pas avoir vu le Slip Français d’Emery Jacquillat !

Maud Chevalier
Directrice Conseil et Associée chez Enjoy your Business